En 2018, la RMN Grand Palais m'a confié une carte blanche d'une année au sein de ce grand édifice.

Le but de cette résidence était de capter le caractère du lieu, de ses occupants et de ses visiteurs.

Évènement après évènement, je voyage entre les émotions que chacun génère sous les 13500 m2 de la grande Nef.

Au-delà de cette aventure, je réalise que derrière la perfection des installations, chaque fin d'exposition crée une activité particulière.

La FIAC (Foire Internationale d'Art Contemporain) qui a lieu tous les ans au mois d'octobre, déclenche ma curiosité.

Belle, prestigieuse, elle accueille les oeuvres d’art des plus grands artistes passés, présents et peut-être futurs. 

Plus je parcours ses belles allées et ses stands arpentés par les collectionneurs et les rêveurs, plus j'ai envie de saisir ce qui se trame une fois la porte close au public.

Qu'advient-t-il des lieux après le dernier coup de minuit ? Quel est l’envers du décor ? 

 

Je décide de me lancer sur les traces de cette frénésie de rangement, ces oeuvres sur le départ, vers d’autres salles, d’autres galeries, d'autres pays.

Loin de mon cahier des charges initial basé sur le noir et blanc et l'humain, je décide de photographier en couleur et sans personnage. Le challenge était d'autant plus compliqué de faire des natures mortes au milieu de cette effervescence incessante.

© 2020 Laurent Delhourme - Tous droits réservés.